L'Architecte du Systeme d'Information d'Entreprise dans une dimension geographique

Copyright 2018 - Alcer | Création : sandrineperrin.olympe.in

Oracle Spatial

 

Le début des années 2000 a vu se concrétiser une demande de plus en plus pressante, de la part des gestionnaires informatiques, d’intégrer la dimension géographique au sein des systèmes d’informations d’entreprises ou de collectivités. Ce Leitmotiv était déjà présent dans le discours des éditeurs de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) depuis plusieurs années. Mais sans effet encore important.

Pourtant l’environnement informatique du domaine a changé. On notera :

  • Les progrès importants des grands éditeurs de SGBD comme ORACLE pour utiliser et gérer ces nouveaux types d’informations.
  • La standardisation, lente mais réelle, des outils géographiques autour de concepts des organismes de normalisation comme l’OGC, le W3C…
  • Le dynamisme apporté par de nouveaux acteurs du marché comme les fournisseurs de services Internet (Google maps, ViaMichelin …). Dynamisme qui se concrétise aujourd’hui par une reconnaissance du domaine par le grand public. Situation que n’avaient jamais pu provoquer les acteurs traditionnels de la géographie.

Nous sommes en fait en train de passer d’une situation d’offres, celles des éditeurs de SIG, à un marché de demandes de la part des utilisateurs.
Pourquoi les deux ne se rejoignent ils pas de façon évidente ? Sans doute ne parlent ils pas de la même chose.

Une partie de la réponse réside sans doute dans l’attitude des éditeurs de SIG. Elle consiste pour chacun à proposer cette intégration tout en essayant de conserver l’exclusivité de son emploi (gestion, diffusion …). C’est à dire conserver avec l’intégration au système d’information la situation souvent de monopole que l’éditeur obtenait généralement lorsque la géographie était marginalisée dans un système particulier.

Cette attitude industrielle, logique du point de vue du vendeur, est elle acceptable par le client ?

Par comparaison, peut on imaginer qu’un responsable de service informatique puisse partir d’un postulat organisationnel du type : toutes les applications clientes de mon SI utilisant des informations alphanumériques seront gérées par tel fournisseur, celles qui utilisent des dates par tel autre … ? Probablement non et pourtant c’est ce qui a longtemps été la règle en matière d’information géographique.

La préoccupation de ce responsable est plus souvent d’organiser et de standardiser son infrastructure (SGBD, serveur d’applications, communications …), ses systèmes d’exploitations et sa production. D’identifier les technologies de développement et de déploiement … Et dans le même temps d’en réaliser l’adéquation, d’une part avec les besoins métiers de ses utilisateurs et d’autre part avec les applications existantes. Bien sur si cette action dégage des technologies (support de métiers comme les SIG) transverses d’un même fournisseur sans amoindrir les résultats utilisateurs, la construction sera d’autant plus efficace. Cependant ce n’est pas un critère de fait et ce n’est pas toujours possible.

Pour que l’information géographique s’intègre réellement dans les systèmes d’informations elle doit être abordée avec une logique similaire.

1-3, rue de l'Orme Saint Germain, 91160 Champlan